AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire de l'académie Tome 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Belgnor
Belgnor

Age : 25
Royaume : Allongée sur le sofa *Ouahhhhh*
Race : En train de gallérer à réviser son japonais ... Eh? c'est pas dans le cours, ça !

MessageSujet: Histoire de l'académie Tome 1   Jeu 29 Oct - 8:43



Chapitre premier: La Découverte des Alices


Depuis la nuit des temps, des personnes naissent avec un étrange pouvoir, un alice. Mais depuis toujours, les personnes différentes sont rejetées, chassées, bannies. Ce fut la même chose pour les possesseurs des diverses capacités qu'offre un alice. Aussi, ils furent persécutés, affublés du nom de sorcière, d'hérétique, ils furent brulés sur des buchers. Alors, ils se cachèrent. Ils se cachèrent pour rester avec leur famille, leur amis, apparaissant au yeux du monde comme des villageois normaux.

Nous somme au Moyen-âge. L'église est toute puissante et condamne le surnaturel. Les alices ne peuvent plus se cacher. Ils sont traqués, pourchassés, tués en centaines. Les alices commencent à disparaître, lentement, mais surement. Personne ne sait qui sont ces enfants avec un pouvoir souvent bien utile. Ce sont les fils du diable prêche l'église,nous devons les détruire. Et malheur à la mère de l'enfant, qui bien souvent est elle aussi brulée.
Mais certain, possédant un pouvoir de guérison puissant, vont permettre aux alices de garder l'estime de la population. Ils sont traités comme des saints, capable de soigner les pires maux, les porteurs du salut. Mais les guerres s'ensuivirent, et ils finirent par sombrer dans l'oubli.

Quelques centaines d'années après les guerres qui amenèrent la fin du moyen-âge, et après que le peuple, révolté, décide de prendre en main la gestion du monde, plus personne ne se souvient de ces sorcières et de ces saints. Ce ne sont plus que des légendes destinées à faire peur aux enfants. La science a démontré que la terre et ses habitants vivaient sans l'aide d'un dieu, et que les miracles n'existaient pas. Les alices sont alors considérés comme des génies, s'ils possédaient une caractéristique humaine plus développée, telle que la voix ou l'intelligence, la créativité. Les autres fuient la société. Ils restent avec leur famille. On pourrait dire que tout va bien pour tout le monde, mais cela ne durerait pas.

An 1896, dans un pays appelé Eölain, dans la ville d'aërundil.

Les flammes dévorent les murs de chaux comme s'il s'agissait de morceaux de beurre. Les toits s'écroulent, les maisons s'effondrent, les chiens aboient, les gens crient. C'est l'apocalypse. La ville est en feu. Les habitants affolés tentent en vain de s'échapper, mais la marée rougeoyante est trop rapide. Tel une panthère de lave, elle les avale. C'est la nuit, et personne n'a vu le début de l'incendie. Était-ce volontaire? ou bien est-ce un animal, qui, faisant un geste maladroit, l'a provoqué? Mais là n'était pas la question. On ne pouvait s'enfuir d'ici: la ville était entourée de mur qui la fermaient pour la nuit, pour la sécurité des habitants. Mais c'était justement cette muraille qui avait pris feu la première.
Jack, collé contre le dernier coin intact de sa demeure, entouré par les flammes, voyait venir son heure. Il était orphelin, élevé dans une ferme par des braves gens qui l'avaient recueillis. Mais, en un instant, tout cela n'était plus que de la fumée. Les gaz commençaient à étouffer le jeune homme de quinze ans. A ce rythme, il serait mort asphyxié avant d'être brulé. Il se sentait faible et inutile. N'y avait-il vraiment aucune issue? Si! Il crut voir un passage où les flammes s'étaient éteintes. Prenant son courage à deux mains, il se leva rapidement et courut aussi vite que possible vers l'ouverture mais ... Trop tard. Quand il arriva, le mur de flamme se referma sur lui. Il n'avait plus aucune chance. Il était mort. Il le pensa, très fort. Il pensa à cette vie si chère, à sa famille et à ses amis. Il allait les rejoindre. Dans son délire, il vit une jeune femme traverser le feu, comme un ange venu de l'enfer, les feu-follets jaunes s'écartant devant elle. Il perdit connaissance.
Quant il se réveilla, il était au bord d'un lac, et la jeune femme de la veille était là. De la veille? Jack ne savait plus quel jour on était. Il avait dormi combien de temps? Qu'était-il advenu du village et de ses habitants?Et qui était cette fille qui pouvait dompter le feu ? Toutes ces questions lui donnait mal au crâne. Finalement, c'est Ellïad, l'inconnue, qui parla en premier.
-Le village a été réduit en cendre, tous les villageois sont morts. Tu es le seul survivant.
Ces mots frappèrent Jack de la même manière que s'il s'agissait de coup de poignard. Ainsi, il était le seul qui était encore en vie. En bref, il n'avait plus personne. Il regarda la femme comme si elle était son dernier recoure, la seule qui puisse l'aider. Ellïad préféra partir et laisser le malheureux tranquille. Elle revint deux heures plus tard, avec de la nourriture et de quoi appliquer des soins légers mais urgents. Elle se pressait. Si jamais l'autre désespéré faisait une bêtise, elle ferait quoi, elle? Mais elle poussa un soupir de soulagement en le voyant se précipiter à sa rencontre.
Le repas se passa en silence. Personne n'osait parler. Jack était intimidé par cette belle femme à qui il devait la vie. D'ailleurs, il sentait bien que cette fille avait un secret. Non seulement avec le feu, mais elle lisait dans ses pensées. Jack le sentait. Qu'est-ce qu'elle était ? Il finit par s'entendre dire.
-On ne s'est pas présenté, au fait. Je suis Jack. Et toi ?
Sa sauveuse lui sourit.
-Ellïad.
-Euh, dis, Ellïad, tu ...
-Tu es resté dans le coma trois jours. Tu DEVRAIS manger.

Il s'empressa d'obéir. Vu le ton qu'elle venait d'employer, il vaudrait mieux. Le repas finit, il essaya à nouveau de parler de ce pouvoir, mais Ellïad l'envoya balader à chaque fois. Ce fut pareil pour les jours qui suivirent. Jack n'ayant plus personne, la belle jeune femme accepta qu'il parte avec elle, mais elle n'expliquait jamais où ils allaient, pourquoi, et ne parlait jamais d'elle. Deux ans passèrent avant qu'il sache la vérité.

An 1898, Aëdrum, le royaume désertique

L'été est chaud, ici, très chaud. Cela faisait deux ans que jack suivait Ellïad sans se plaindre, et sans poser de questions. Il s'était habitué à ce qu'elle fouine dans son esprit, et qu'elle gouverne aux flammes. Mais là, il aurait préféré qu'elle gouverna à l'eau! La jeune fille semblait lui faire plus confiance que d'habitude. Elle semblait étrange. Alors qu'il réfléchissait à ce qui lui était arrivé, une voix connue l'interpella:
-Jack! Par ici!
Il obéit sur le champ. Il savait combien c'était capital pour l'étrangère, comme il la surnommait. Mais cette fois, elle n'était pas seule. Une jeune femme rousse et un jeune homme blond étaient avec elle. Jack s'empressa de les saluer, et ils firent de même.
-Jack, voici Gwëndal et Ayumi. Nous avons à te parler, alors soit attentif s'il te plait.
Il fut frappé par l'air sérieux de sa compagne.
-Euh... OK.
Ce fut Gwëndal, la rouquine, qui démarra, après qu'ils se furent installés.
-Comme tu côtoies depuis longtemps Ellïad, nous avons décidé que tu devais savoir la vérité.
Elle prit une lente inspiration.
-Nous sommes des alices. Des êtres nés avec un pouvoir.
-Euh?!
-Laisse-moi parler!

Cette fois, c'était Ayumi. Il lui raconta l'histoire des alices, leur persécution, leur gloire, puis leur oubli. Il fallut dix bonnes minutes pour que tout le monde se comprenne. A chaque fois, ils se coupaient, répliquaient, surenchérissaient. Finalement, Jack ne fut pas surpris. Ou pas trop.
°Un peu paniqué quand même° songea Ellïad.
-Mais, euh..., qu'es-ce que je dois faire ?
Begaiya le seul être 'normal' de l'assemblée.
-Aide-nous à aider les autres alices!
répondirent ses trois interlocuteurs de coeur. Touché, il accepta. Et, ensemble, ils commencèrent à discuter de comment ils pourraient agir. Ils se mirent d'accord sur la création d'une école, et même d'une ville entière pour les jeunes alices.






Dernière édition par Nolwen Ichiba le Dim 15 Nov - 14:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Belgnor
Belgnor

Age : 25
Royaume : Allongée sur le sofa *Ouahhhhh*
Race : En train de gallérer à réviser son japonais ... Eh? c'est pas dans le cours, ça !

MessageSujet: Re: Histoire de l'académie Tome 1   Jeu 29 Oct - 15:42



Chapitre second: La Création de l'Académie


Jack, Ellïad, Gwëndal et Ayumi ont décidé de créer une ville pour protéger les alices du reste du monde qui les considère comme des "choses" dangereuses et qu'il faut éliminer. L'académie est aujourd'hui bien loin de cette mentalité ...

Japon, an 1900

Gwëndal attends près d'un cerisier en fleur. Les pétales roses tombant au gré du vent recouvrait la lande déserte ,entourée par quatre grandes forêts qui menaient aux autres villes, mais néanmoins agréable d'un manteau épais, semblant de loin à un tapis de plume de flamants roses qui se seraient égarés ici. Mais la jeune fille était insensible à la beauté du paysage. Elle l'avait bien assez vu. Voilà quatre ans que le petit groupe mené par Ellïad cherchait désespérément un endroit où construire leur académie. Finalement, alors qu'ils avaient fait le tour de l'Europe, ils étaient venus au japon il y a quelques jours, et déjà un terrain désert apparaissait, comme pour les accueillir. Gwen s'impatientait. Au bout d'un quart d'heure arriva enfin ses trois compagnons. Ils étaient essoufflés, mais apparemment ravis de l'espace déniché par la jeune rouquine aux yeux vert pâle. Elle l'était moins de leur retard. Après une courte séance de réprimandes donnée bien énergiquement, quelques excuses et un moment de bouderie de la part de la femme rousse, les jeunes gens décidèrent à l'unanimité de s'y installer. Maintenant, il faudrait s'occuper de la construction. En bref, le plus dur était à venir ...
Mais les alices ne découragèrent pas. Après tout, qu'est-ce que c'était comparé à leurs souffrances passées? Ils se mirent donc à la recherche de charpentiers et architectes du coin pour les aider. Ce n'était pas facile: les villages environnent étaient rares, et leurs habitants ne semblaient pas motivés pour aider des jeunes qu'ils considéraient comme irrécupérables, et cela étaient bien dommage, car ils auraient pu faire quelque chose de bien de leur vie...
Les alices étaient ignorés, comme partout dans le monde, mais on leur donna quand même du bois, des outils, des plans de maisons, de l'encre, du papier et des animaux de trait pour leur venir en aide. Les villageois étaient curieux de voir ce que cela allait donner.
Devant tant de stupidité, Ellïad désespéra un moment.
-Si ils ne veulent même pas nous aider à construire une maison, ils n'apprécions surement pas la proximité des alices !
-Allons, allons, répliqua Jack. Ils ne sauront pas ce que c'est que les alices. Mais cela ne change en rien le fait qu'il faut que quelqu'un fasse quelque chose ! Si on ne fait rien, qui le fera?

C'est vrai. Les alices ne peuvent être aidé que par des alices, qui les comprennent et les protègent. La construction de l'académie se mit ainsi en route.

Trois mois plus tard ...

La construction avançait plus vite que prévue: le dortoir du lycée était déjà terminé. La raison était simple. Alors que les jeunes alices commençait (avec difficulté, certes, mais comme gwen possédait l'alice du dessin, les plans et fondations n'étaient pas à revoir) un groupe d'enfants très jeunes, chassé de chez eux à cause de leur pouvoir était venu les voir pour leur demandé de l'aide. Ils ont bien sûr étaient accueillis avec gentillesse, et sont restés. L'un d'eux avait la capacité de construire ce qu'il voulait tant qu'on lui fournissait les matériaux, une autre savait faire pousser les plantes. Avec les sept enfants, l'académie serait ouverte en un rien de temps! Au fur et à mesure que le temps passait, leur projet se fit connaître des alices: une rumeur commença à courir sur des jeunes désirant construire une ville pour alices. Des gens vinrent en nombres. L'aide se fit de plus en plus importante. En un an, l'académie alice fut terminée. Le jour de la cérémonie d'ouverture était arrivé.
Ellïad se regardait dans la glace. Ce kimono lui allait vraiment bien! Elle ne savait vraiment pas lequel choisir, ils étaient tous si beaux! Elle soupira, et réessaya les dix tenues qui lui avaient été proposés pour l'ouverture. Certes, la ville restait à construire, mais avec les charpentiers, cela irait vite. Elle se construirait quand des personnes viendront pour cohabiter avec les élèves de l'école. Elle en était à sa deuxième robe, une longue robe noire brodée de diamants de toutes les couleurs, avec un grand noeud sur l'épaule gauche, quand une vois l'appela:
-Ellïad, c'est l'heure, dépêche-toi !
Ayumi et jack l'attendait. Apparemment, gwen semblait avoir les même problème que la jeune alice du feu. Elle enfila vite sa tenue préférée, un kimono bleu ciel avec des oiseaux blancs marbre et rose nacre. Elle se mit vite un ruban assorti dans les cheveux pour les nouer en une queue de cheval serrée, et elle sortit. Gwen arriva juste après. Elle portait une robe de son pays natal, l'Irlande: une longue robe blanche légère, serrée à la taille pas une ceinture de cuir tréssé. Sa chevelure longue et fine était laissée telle quelle, hormis un bandeau de hêtre qui couronnait sa tête. Ainsi parées, les deux jeunes filles se moquèrent de leur compatriotes qui ne portaient qu'un costume noir, comme ceux que les hommes portent aujourd'hui dans les réunions importantes. Ils arrivèrent devant les portes au commencement de la cérémonie. Les bâtiments étaient décorés pour l'occasion. Ce fut Jack qui coupa le ruban, et ouvrit les portes de l'école. Une fête suivit, avec des danses et des feux d'artifices. Cette journée marqua le début de l'académie. Dans les années qui suivirent, les alices et les humains qui souhaitait vivrent ensemble s'y installèrent. L'académie était un symbole de paix et de joie . Et cette mentalité dura, perpétuée par tout les directeurs après les fondateurs, jusqu'aux directeurs actuels, qui décidèrent d'y mettre un terme.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Belgnor
Belgnor

Age : 25
Royaume : Allongée sur le sofa *Ouahhhhh*
Race : En train de gallérer à réviser son japonais ... Eh? c'est pas dans le cours, ça !

MessageSujet: Re: Histoire de l'académie Tome 1   Sam 14 Nov - 13:35



Chapitre troisième: Les Directeurs et l'Académie d'aujourd'hui.


L'académie est désormais connue dans le monde entier. les humains et les alices peuvent y circuler librement, hormis les élèves, qui doivent d'abord finir leur scolarité. Leur famille vient souvent les voir, et même certaines s'installent au centre-ville de l'établissement. Mais l'ancien directeur est mort, et les quatre personnes qu'il avait désigné pour prendre la relève veulent tout changer. Ils prennent chacun la direction d'une école.

Japon, 1965, Académie alice.

Kathia Merina attend près d'une porte en bois blanc, décorée de larges rayures d'or. Elle est chez le notaire, et elle n'en croit pas ses oreilles: l'ancien directeur de l'académie, Natsuye Kirimo, a écrit qu'il léguait chacune des écoles à un directeur différent. Quant à la ville, les quatres directeurs s'en chargeraient. Et il l'avait choisie, elle! Elle était certes une professeur très réputée, elle ne pensait pas faire partie des dirigeants de l'Académie Alice, de renommée mondiale !Et les autres noms qu'elle avait entendu la faisait rêver : la crème de la crème: les meilleurs dirigeants ! Elle Allait vraiment les rencontrer ?
La voix se tait, le conteur finit de parler et fixe avec une mimique ridicule une jeune femme à la peau blanche qui lui jeta un regard foudroyant.
-Nous sommes là pour travailler sur ce projet, je vous signale! Concentrez-vous!
L'ancien directeur est mort l'an dernier, et ceux qui le remplace décide d'intégrer les alices dans le monde politique extérieur. Le président du japon a donné sa permission, certains Alices vont bientôt être testés. Il est donc normal que tout le monde soit sur les nerfs. Seule l'administration sait la vérité, mais si le projet est accepté, les professeurs en seront mis au courant.
L'alice choisi doit arrêter un voleur. Il est parti il y a une heure. C'est un élève de l'université, qui s'est présenté personnellement pour ça. Le téléphone sonne. Karl Harrinso décroche, puis jette un regard triomphant aux autres directeurs : Haru Miyaku, du collège, sarin Hiyama, du lycée, et Kathia, qui s'occupe du primaire.
-C'est bon. Il a réussi.
Et c'est tout, tout le monde se tait, la joie est trop grande. Enfin!
Deux semaines après, tout les professeurs sont au courants: ils sont tous d'accord, mais à condition de bien choisir les élèves, et pas seulement en fonction de leur alice: leur caractère compte aussi beaucoup: ils ne veulent pas traumatiser des jeunes un peu trop sensibles!
Une classe est donc créée: les élèves jugés comme convenable pour s'occuper des affaires du gouvernement y sont placé automatiquement, dès la fin du premier trimestre. Les professeurs ont jugé qu'il fallait au moins ça pour définir un élèves. La classe sera donc ouverte en début d'année, et l'académie, puisque ses activités politiques doivent rester secrètes, sera fermée aux familles. D'autre part, les alices n'auront plus le choix, et devront venir à l'académie si ils ont en dessous de 30 ans.
L'académie a commencé sa métamorphose.

Deux an plus tard, Académie alice.

-La classe dangereuse est priée de se réunir en salle 4-
Les hauts-parleur répètent ça depuis dix minutes, mais Jyin Kishima ne se presse pas.

*Encore du boulot! Ca n'en finit pas ces temps -ci!*
C'était le Septième travail pour le ministre qu'elle effectuait cette semaine. Elle en avait marre. Heureusement pour elle, aujourd'hui n'était qu'une réunion pour mettre la situation au point avant le week-end. La jeune fille de quinze ans s'effondra sur son lit, et s'endormie de suite. Le lendemain, elle arriva en retard pour le déjeuner.
-Tu travailles trop! lui répliqua une septième fois Fann Cops, une fille de sa classe qui ne supportait pas la voir comme ça.
-Je sais, mais je ne peux rien y faire, si l'académie a décidée de me faire bosser ...
-...

Personne ne parle de ça. Fann fait aussi partie des dangereux. mais elle bosse moins, car elle est de santé fragile. Du moins, c'est ce qu'elle dit.
En réalité, la jeune femme réunit secrètement les meilleurs éléments de toutes les classes qu'elle connait, pour contrer l'académie. Elle n'aime pas que les familles soit séparées, et encore moins le travail qu'elle et Jyin doivent faire. Tous ceux qui ont mal vécue ça se range de son côté. Le SIFUR apparait, même si ce n'est qu'une ombre.
Au fil du temps, de plus en plus de monde le rejoint. Le SIFUR décide alors de passer à l'acte: attentats, cours pour se protéger, fuite d'élèves organisée,...
L'académie est enfin devenue celle que nous connaissons ...
A nous d'écrire la suite ...

Histoire By Nolwen pour Gakuen Alice.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Histoire de l'académie Tome 1   

Revenir en haut Aller en bas
 

Histoire de l'académie Tome 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Que ce passe-t-il dans le tome 9 ?
» De quoi parlera le tome 8 ? (Mettez ici vos idées !)
» Tome 8 - [SPOILER] Aprés l'avoir lu...
» [manga] Pokémon la grande aventure Rubis & Saphir : Tome 2 disponible !
» Histoire d'Haiti de Thomas Madiou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres-